En route pour Wien. Wien. 31 mai 2017 au 5 juin 2017.

31 mai 2017. Départ.

Dès 17H30, à ma sortie du bureau, nous prenons la route en direction de la frontière allemande. Nous devons impérativement être à Wien ( Autriche) samedi pour le mariage de nos amis Jean-Yves et Maria. Et quitte à être en vadrouille, nous poursuivrons notre voyage et visiterons la République Tchèque.

Sur l’autoroute, voici le voyant rouge « anomalie moteur » qui s’allume de nouveau ! Nous avions pris rendez-vous avec un garagiste spécialisé qui nous avait assurés que cette panne ne se reproduirait plus !!! Nous verrons demain…

Pour ce soir, nous faisons halte sur le parking d’une salle de musique de Hombourg en Alsace, juste à quelques kilomètres de la frontière allemande. L’endroit est bucolique, calme…Sitôt les cours de musique terminés…Des jeunes se garent vers nous, toutes portières ouvertes et autoradios tonitruants ! Puisque c’est ainsi…Nous nous déplaçons à l’entrée du parking et goutons le calme retrouvé !

1 juin 2017 : Allemagne.

Plus de voyant rouge allumé ce matin ! Ce devait être un faux contact… Nous traversons le Rhin et poursuivons sur les autoroutes allemandes en direction de Wien. 100 Km après notre départ…le moteur hoquète ! Il tourne sur 3 pattes !!! Nous sommes à hauteur de Strasbourg et décidons de retraverser le Rhin pour rejoindre cette ville et un garage FIAT. Le premier ne peut pas nous dépanner et nous envoie chez un confrère en pleine zone industrielle. Ici encore, le planning de travail est complet et le chef d’atelier ne sait pas trop s’il pourra réparer dans la journée. Jean-Paul négocie pour que nous restions sur le parking et patientons dans le camping-car. Le temps s’écoule lentement et nous offre la visite surprise de notre ami Ben qui a découvert nos soucis sur Facebook. Nous nous organisons en vue du week end, persuadés que rien ne se passera avant mardi pour cause de Pentecôte.

C’est compter sans notre bonne étoile ! Vers 15H, la panne est réparée ! Nous aurons à changer un faisceau électrique mais grâce aux bons conseils du garagiste, Jean-Paul pourra dépanner en cours de voyage. Nous passerons la nuit à Augburg en Allemagne après des heures de bouchons sur les autoroutes allemande pour cause de travaux. Nous décidons de partir tôt le lendemain matin.

2 juin 2017 : Wien.

Le départ même matinal ne nous a pas épargné les affres des bouchons. Nous ne parcourons que 35Km par heure !!! A la frontière, la vignette autrichienne n’est payable qu’en liquide et la vendeuse tente de me donner …Quoi ?…Une saucisse chaude ?…En contrepartie de la monnaie ! Il ne me manquait plus que çà pour être de bonne humeur ! Vu mon regard noir, elle s’est empressée de trouver la dite monnaie !

Wien …Enfin…Où le meilleur accueil nous est réservé au Reisenmobil Stellplatz. Nous échangeons en italien. Un bouquet de fleur nous est offert en signe de bienvenue ! …Tout va bien !

3 juin 2017. le mariage de Jean-Yves et Maria.

Pour rejoindre le mariage, nous préférons le taxi aux transports en commun vu la chaleur du jour ! Le mariage est polyglotte compte-tenu de la diversité de langues des invités ! Jean-Yves et Maria nous reçoivent dans une heurigen ; Il s’agit de la demeure d’un vigneron qui fait office à la fois de chais et de restaurant. Le repas est préparé à partir des produits du domaine, dans le plus strict respect de la gastronomie autrichienne. Quel délicieux moment agrémenté par une violoniste et un guitariste de talent !

4 juin 2017. Schônbrunn. Wien.

Au menu du jour, la découverte du château de Schônbrunn, aussi baptisé le « versailles autrichien » ! Certes tout y est : le parc, les jeux d’eaux, le labyrinthe, la galerie des glaces mais…En miniature ! Nous sommes en effet très surpris de la petitesse des pièces d’apparat ! Dans cette partie du château, les photos sont strictement interdites. Quelques audacieux (je tairais les noms) bravent l’interdit et prennent des clichés avec leur smartphone. Alors qu’il n’y a aucune caméra visible, que la foule est dense…Nous voyons surgir des « frau Furher » à l’air revêche et qui tentent d’un regard circulaire et indigné de trouver les récalcitrants. Raté en ce qui me concerne…

Le château est badigeonné d’ocre : le fameux jaune Marie-Thérèse, couleur que l’Impératrice imposait pour tous les bâtiments officiels.

Nous portons ensuite nos pas en plein centre de Wien. La cathédrale est en rénovation et son intérieur ne nous charmera pas non plus. Nous déambulons de places en ruelles, le nez en l’air, tant les façades sont belles : Fleichmarkt et l’église orthodoxe, Hoher Markt, l’horloge Ankeruhr dont les automates représentent des personnages historiques qui défilent à heures fixes.

Le quartier est animé par les nombreuses calèches attelées qui proposent des circuits aux touristes. Les chevaux finissent par réveiller l’allergie de Jean-Paul et ce n’est pas la pluie battante qui s’abat sur nous qui calme la situation. Nous fuyons donc…

   5 Juin 2017 :

Faisons donc le marché à Narchmarkt ce matin. Il s’agit du plus grand marché bio de la région. Les commerçants sont installés dans des cabanons coquets. Hélas, en ce lundi de Pentecôte, tout est fermé !

Nous sortons du métro à Karlsplatz et admirons les bâtiments construits par Otto Wagner. En 1894, ce dernier se voit confié la construction du métro et le réalise en moins de 5 ans, véritable exploit pour l’époque et le nombre conséquent de stations, tunnels et ponts. La station Karlsplatz est jugendstil : armatures visibles, structures métalliques, marbre, motifs végétaux, du verts et du doré ! L’ensemble est léger et de bon goût.

Le pavillon de la Sécession a lui aussi été conçu par Otto Wagner. Gustav Klimt s’était joint à lui pour cette opération. De forme cubique, il est surmonté d’une coupole constituée de glands et de 3 000 feuilles de lauriers. Tout le long de Linke Wienzeile, nous admirons l’oeuvre architecturale d’Otto Wagner et sa passion pour les décors végétaux : feuilles de palmiers, façade recouvertes de roses, faiences, statues… Les décors sont répartis en fonction de l’usage des espaces : sobres pour les bureaux au rez-de chaussée, fleuris pour les étages.

Pour une découverte plus complète de l’architecture viennoise, nous empruntons le Ring tram qui permet de parcourir le ring (la ceinture) en bénéficiant de commentaires en français sur fond de musique de Mozart.

Nous filons ensuite à Spittelau admirer un minaret en émail doré ceint de murs très colorés, style Gaudi. Cette usine d’incinération et de chauffage urbain est l’oeuvre de Freidensreich Hundertwasser (1928-2000). Nous rêvons d’usines d’incinération aussi belles en France …

Dans le même esprit, Hundertwasserhaus a été édifiée en 1980 à la demande de la ville de Wien. Cet immeuble d’habitation à loyer modéré est couleurs, rondeurs, différences …Aucune symétrie, aucune ligne droite…Rien n’est standard ! Un gros coup de coeur pour nous !

Wien nous étonne tant son architecture est plurielle. Nous sommes aussi stupéfaits de l’absence de contrôle de nos sacs, du peu de policiers et militaires dans les rues, de l’absence de portiques dans le métro, de la quiétude que nous ressentons, du très bon niveau du réseau de transports en commun, de son organisation et de ses fréquences.

Nous avons passé trop peu de temps à Wien et nous sommes promis de revenir pour un grand week-end.

Album photos. Wien. Cliquez ci-dessous :

Wien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s